Françafrique – Nouvelle dévaluation du franc CFA ou l’assassinat de l’Afrique



Alors qu’on a appris que Nicolas Sarkozy doit en partie sa victoire présidentielle grâce à l’argent (le franc  CFA) des Africains qu’il méprise, il veut la dévaluation dudit franc CFA selon des rumeurs persistantes. Avec la nouvelle révélation sur le financement de sa campagne présidentielle par Omar Bongo dans un livre à paraître demain, jeudi 24 novembre : « Le scandale des biens mal acquis », on comprend pourquoi le dossier judiciaire sur les biens mal acquis n’aboutissent pas en France.

C’est Mike Jocktane, ancien conseiller de feu Omar Bongo qui accuse Nicolas Sarkozy d’avoir bénéficié des mallettes et des fonds occultes de la Françafrique. Du coup, les salmigondis de Robert Bourgi ressemblent étrangement au nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté aux frontières de la France de même que les mallettes avec l’avènement du président Sarkozy. De l’esbroufe. Tous corrompus ! Mais, au détriment de l’Afrique qu’ils aiment tant détester.
Donc, avec la complicité des dirigeants africains-ont-ils vraiment le choix ?-, le franc CFA sera dévalué le 1er janvier 2012 pour le grand malheur de l’Afrique subsaharienne francophone. Considérant que son baromètre et/ou arrimage se mesure à l’euro, ça veut dire que, demain, 1 euro correspondra à 1000 francs CFA au lieu de 655,59 FCFA. Si l’information est confirmée, alors que la dévaluation du franc CFA, en 1994, a fait naître l’espoir de voir les principales filières commerciales boostées, c’est le contraire qui s’est produit. Et par conséquent, ce sont les populations, en premier, qui pâtiront de cet effet. La dialectique selon laquelle la parité fixe entre le franc cfa et l’euro est avantageuse pour les États de la zone CFA, avec notamment la maîtrise de l’inflation et la stabilité macroéconomique est mensongère.
La plupart des pays du continent n’ont pas encore réussi à tirer un avantage significatif des débouchés commerciaux découlant de l’expansion des marchés et des régimes préférentiels. Ne pas pouvoir transformer sa propre production en produit manufacturier implique l’importation plus que l’exportation et par conséquent, l’Afrique est obligée d’acheter les produits de l’extérieur. Avec une dévaluation, les milliards de francs CFA qui viendront en Europe, permettront à la zone euro, très chahutée en ce moment, de pouvoir s’en sortir.
C’est pour ces faits qu’il faut préciser, que dis-je, re-préciser que, les pays africains ne sont pas indépendants, nonobstant bien évidemment certaines tentatives de dirigeants, qui, par peur de perdre leur pouvoir se découvrent comme par enchantement panafricanistes, qui, pour contenter sa population annoncent qu’il faut battre sa propre monnaie. Autant d’exemples ridicules sans véritable volonté politique qui ne sont que des effets d’annonce sans réelle signification.
Donc, pour éviter le naufrage de la France, il faut organiser celui de l’Afrique ? Alors que les Africains ne sont pas à l’origine de la chute probable de la France avec notamment la perte annoncée de son « triple A » résultant de la mauvaise gestion de ses autorités, ce sont les plus faibles, en l’occurrence les Africains, qui doivent trinquer. Il est plus que jamais urgent pour les pays africains sous le joug français, de s’unir et de quitter la zone CFA. C’est une évidence et une urgence.
Comment expliquer la non-interchangeabilité du franc CFA de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et celui de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ? Or, d’un pays à l’autre, l’euro circule, à part en Angleterre qui a conservé sa Livre sterling (£). Autrement dit : il est impossible de partir d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, à Yaoundé, au Cameroun, avec ses francs CFA émis par la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Une incongruité.
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger