Niger: quand jaillira le premier litre de pétrole…

Petrole_Niger_1
Lundi prochain, le Niger, notre cher pays, ouvrira une nouvelle page de son histoire économique à Zinder où se déroulera la cérémonie d’inauguration de la Raffinerie devant traiter le pétrole qui dormait voilà des décennies, peut-être même des siècles, dans les entrailles de notre sous-sol. Une page à haute teneur d’odeur de pétrole qui viendra apporter une réelle bouffée d’oxygène à l’économie du pays.

L’événement, vous vous en doutez, a ceci d’émouvant qu’il est plein de symboles. Ainsi, à l’instant pathétique où des installations de cette raffinerie, jailliront les premières gouttes de l’or noir, le Niger aura franchi un tournant décisif sur le chemin qui mène vers son destin, un autre destin !... Celui d’un pays désormais délié, sur le plan des hydrocarbures, du poids de la dépendance énergétique. A lui seul, ce symbole suffit pour donner matière à célébration. Et ce n‘est pas tout ! L’événement porte également en lui toute la charge émotionnelle de la délivrance, de la justice sociale. Car, voilà de longues années que les citoyens nigériens caressent l’ambition de jouir des retombées de cette ressource très prisée sur le marché, sans pouvoir y parvenir. Ainsi, de l’indépendance à cette date buttoir du 28 novembre 2011, les Nigériens ont vécu ce paradoxe qui fait qu’ils dorment sur des nappes de pétrole, tout en regardant d’un oeil envieux d’autres pays voisins où les citoyens vivent dans l’opulence grâce à l’exploitation de leur pétrole. Et comme pour pousser plus loin le bouchon de cette frustration, l’on prend le malin plaisir à classer notre cher pays toujours en queue de peloton dans le classement des pays dans l’indice de développement humain. Tout ceci, pour dire que cette cérémonie porte aussi, et surtout, en elle de symbole de la remise des Nigériens dans leur droit : celui de jouir pleinement de leur pétrole !

Qu’est-ce à dire, sinon que désormais, la locomotive du développement du Niger est partie pour amorcer un passage à une vitesse supérieure. Il revient aux Nigériens de veiller à ce que la locomotive avance, sans le moindre raté dans le moteur. Pour ce faire, il faut exorciser les démons de la ‘’malédiction’’ dont l’on a tendance à affubler le pétrole. Restons sereins et tirons les meilleurs profits de notre or noir. Dès la semaine prochaine, rendez-vous dans les stations service pour le plein du réservoir, et bonne carburation !...

Assane Soumana
25 novembre 2011
publié le 25 novembre 2011
Source : Sahel Dimanche
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger