Une des conséquences du conflit libyen

Les conséquences du conflit libyen tant craintes par les pays du Sahel ont déjà commencé. La tension monte dans le nord du Mali entre le pouvoir de Bamako et les Touaregs qui reviennent de Libye, où ils ont combattu dans l’armée du colonel Kadhafi les groupes armés d’Aqmi (Al‑Qaïda au Maghreb islamique) qui ont fait de cette région une de leur zones d’action. La maîtrise du territoire est au centre de la crise qui semble se profiler.

 
Depuis leur retour au nord du Mali, les combattants Touaregs, lourdement armés, veulent chasser Aqmi de la région, selon un élu touareg cité par le journal français L’Express. « Ces troupes, revenues récemment de Libye, ont lancé un ultimatum aux gens d'Aqmi en leur intimant l'ordre de quitter le Nord du Mali. Il semble que les islamistes aient pris la menace au sérieux car ils ont quitté une de leurs bases dans l'Adrar Tigharghar, un massif montagneux désertique, à environ 120 kilomètres de la frontière algérienne », affirme‑t‑il.
 
Mais cette situation n’a rien de rassurant pour Bamako. Car parmi ces combattants touaregs, qui disposeraient de missiles anti‑aériens et d’autres armes lourdes, se trouvent d’anciens membres de la rébellion qui a secoué le pays dans les années 90. Ils ont rejoint l’armée et les milices de Mouamar Kadhafi après les accords de paix signés avec le gouvernement malien.
 
Depuis le début du conflit libyen, les pays du Sahel craignaient ce scenario. Ils ont exprimé leurs craintes à de nombreuses reprises, notamment lors de la conférence internationale sur la sécurité au Sahel qui s’est tenue début septembre à Alger. Et lors de sa récente visite à Alger, le président malien, Amadou Toumani Touré, n’a pas caché ces inquiétudes. « C'était déjà une région faible avec des menaces multiples et beaucoup de difficultés, mais aujourd'hui, il y a une nouvelle donne. On parle beaucoup plus de la présence de groupes organisés et lourdement armés à la suite des derniers événements survenus en Libye. La situation devient donc de plus en plus préoccupante », avait‑il déclaré.
 
Côté algérien, ces risques de déstabilisation de la région ont été mis en avant dès le début de la crise libyenne, notamment à cause de la prolifération des armes qui, selon les autorités, est en partie responsable du regain d’activité terroriste connu pendant l’été. Ce sujet a ainsi été au cœur des rencontres bilatérales entre Alger et des responsables politiques britanniquesaméricains ou encore espagnols

Source: www.tsa-algerie.com
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger