MALI : Des Touareg armés "indépendantistes" ont rencontré des élus

Un groupe de Touareg armés revenus de Libye où ils avaient combattu pour soutenir l’ancien leader libyen, Mouammar Kadhafi, a, récemment, rencontré une délégation d’élus maliens, lui faisant part de ses revendications indépendantistes, a appris l’AFP auprès d’un de ces élus. "Ils ont exprimé des idées indépendantistes, et nous avons marqué notre désaccord à la partition de notre pays", a déclaré cet élu, Azaz Ag Loudag-Dag, rencontré, dimanche, à Gao (nord), par un journaliste de l’AFP.
"Ils nous ont dit qu’ils revendiquent l’indépendance de l’Azawad, c’est-à-dire du nord du Mali, mais comment peuvent-ils le faire alors que nous, les élus et les populations de l’Azawad, nous ne sommes pas de leur avis ?", s’est interrogé M. Ag Loudag-Dag, vice-président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct)."On peut revendiquer des choses, présenter des doléances, mais dans le cadre de la démocratie, et non des armes", a-t-il ajouté, en précisant que les interlocuteurs de la délégation avaient promis "de privilégier le dialogue avant d’envisager des solutions extrêmes".
Les élus ont rencontré ce groupe, il y a deux semaines, dans le nord du Mali, lors d’une "mission d’écoute et d’apaisement" auprès de ces Touareg rentrés de Libye. Certains avec des armes dont de l’armement lourd. Parmi eux, figurent deux groupes : le premier - et le plus important - s’est inscrit dans la politique d’intégration et de paix voulue par Bamako, alors que le second hausse le ton et met en avant ses revendications indépendantistes.
Le Mouvement national de l’Azawad (Mna), organisation politique naissante pour le moment sans réelle assise politique dans le nord du Mali, tente de se rapprocher du second groupe, selon des sources concordantes.
Communauté nomade d’environ 1,5 million de personnes, les Touareg, membres de diverses tribus, sont répartis entre le Niger, le Mali, l’Algérie, la Libye, le Burkina Faso. Des rébellions ont touché le Mali et le Niger dans les années 1990 et au début des années 2000, avec une résurgence de 2006 à 2009.
A la fin de ces rébellions qui combattaient pour la reconnaissance de l’identité touareg, voire pour la création d’un Etat, de nombreux militants et combattants sont partis en Libye où ils ont été accueillis par le régime de Mouammar Kadhafi, nombre d’entre eux étant intégrés dans ses forces de sécurité.Avec la chute de Mouammar Kadhafi, ces hommes sont retournés avec leurs armes dans le nord du Mali, plus particulièrement dans la région de l’Azawad, entre Tombouctou et Kidal, berceau des Touareg.

Source: le soleil
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger