Total : nouveaux permis d'exploration dans un Sahel prometteur ... agité par Aqmi et touaregs


Simple hasard ? alors que la région du Sahelest soumise à des troubles de plus en plus violents, l'actualité nous rappelle que la région est riche en pétrole.
Le géant pétrolier français Total vient en effet d'annoncer avoir signé deux permis d'exploration avec les autorités mauritaniennes dans le très prometteur bassin de Taoudéni.

Le groupe a ainsi acquis, en tant qu'opérateur, une participation de 90% dans les blocs C 9 en mer très profonde et Ta 29 à terre dans le bassin de Taoudéni.  La compagnie nationale mauritanienne SMH détiendra les 10% restants.
Le bloc C 9, situé à environ 140 kilomètres à l'ouest des côtes mauritaniennes, s'étend sur plus de 10.000 km (!...), par des profondeurs d'eau comprises entre 2.500 et 3.000 mètres. Le bloc Ta 29 est situé dans le désert du Sahara à 1.000 kilomètres à l'est de Nouakchott, au nord du bloc Ta 7 sur lequel Total mène déjà des activités d'exploration.
En février 2011, la presse algérienne indiquait que le groupe français Total et le groupe énergétique national algérien Sonatrach avaient dans leurs besaces plusieurs projets au Sahel. L'essentiel semblant être pour les deux groupes de « rafler » le plus de projets possibles, au Mali et au Niger.
Les récentes découvertes de richesses minières, dans le bassin de Taoudéni, large de 1,5 million de kilomètres carrés, partagé entre le Mali, l'Algérie, la Mauritanie et le Niger, provoquent en effet désormais un vif intérêt pour cette région.

Jean François Arrighi de Casanova, directeur Afrique du Nord de Total a ainsi fait état d'immenses découvertes gazières dans le secteur, freinant la progression du puits vers la zone pétrolière, en Mauritanie  et le conduisant même à parler « d'un nouvel Eldorado».
A travers sa filiale internationale Sipex, Sonatrach a par ailleurs obtenu l'approbation du ministère des Mines nigérien pour procéder à des forages expérimentaux.
Pour rappel, la Sipex est présente au Niger depuis 2005, plus précisément au périmètre de Kafra, situé à la frontière algéro-nigérienne.
Fin 2009, Sipex a obtenu une prolongation d'un an de la première période d'exploration, arguant d'une situation politique difficile dans le pays.
Au Mali, la filiale de Sonatrach présente depuis 2007, a acquis une prolongation de deux ans, émanant du ministère malien des Mines, pour la première phase d'exploration qui prendra fin en 2013.
Simple coïncidence ?
À trois mois de l'élection présidentielle au Mali, le gouvernement, déjà confronté aux enlèvements d'al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) et à la menace d'une crise alimentaire, doit désormais faire face à une nouvelle rébellion touareg.
Ainsi, l'armée malienne a repris dans la nuit de jeudi à vendredi le contrôle des trois villes du nord-est du Mali attaquées mardi et mercredi par des rebelles.
"L'armée malienne a repris le contrôle des villes de Ménaka, de Tessalit et d'Aguelhok. Des renforts sont venus sur place", a déclaré une source militaire régionale.
Dans ces deux dernières villes, les combats ont fait 47 morts - 45 rebelles et deux soldats - selon le ministère malien de la Défense. Les rebelles touareg auraient été vus se dirigeant vers le nord-ouest du Mali.
Ces attaques sont les premières de ce type depuis un accord ayant mis fin à la rébellion mais également depuis le retour de Libye de centaines d'hommes armés ayant combattu aux côtés des forces du leader libyen Mouammar Kadhafi.
Plus globalement, l'instabilité provoquée par les activités d'Aqmi dans le nord du Mali, lieu d'implantations de plusieurs de ses bases, a été renforcée par le retour sur le territoire libyen de plusieurs centaines de ces rebelles.

Source: leblogfinance.com
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger