«La crise des Touareg nous menace»

Spécialiste des questions sécuritaires, le colonel à la retraite, Ben Djana Ben Amoueur a indiqué que la crise libyenne a accéléré le réveil de l'insurrection des Touareg. Dans cet entretien, il explique que la rébellion des Touareg est la conséquence directe du refus de Bamako de concrétiser l'Accord d'Alger sur le terrain.


L'Expression: Quelle lecture faite-vous du conflit opposant les autorités maliennes aux Touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (Mnla)?
Ben Djana Ben Amoueur: L'insurrection des Touareg, en sommeil depuis 2009, fait craindre le pire à Bamako. Mais aussi aux pays voisins qui sont envahis par de gros flux de réfugiés. Cette insurrection plongera encore plus les pays de Sahel dans l'instabilité. Donc, les affrontements qui se poursuivent, depuis le 17 janvier, n'augurent rien de bon pour toute la région sahélo-saharienne, déjà minée et rongée par l'activisme des groupes islamistes d'Aqmi et des réseaux de trafic.
Pour ce qui est des facteurs fondamentaux ayant conduit à cette rébellion, la plus importante depuis 2009, je dirais qu'elle est, d'une part, le résultat du refus du Mali de concrétiser sur le terrain les clauses de l'Accord d'Alger, signé le 4 juillet 2006 entre les représentants de l'Etat malien et représentants de l'Alliance démocratique du 23 mai pour le changement, sous la médiation algérienne. Mais, hélas, Bamako n'a pas tenu ses engagements à l'égard des populations targuies qui vivent dans des conditions socioéconomiques critiques, bien que ces dernières n'ont pas cessé de rappeler les autorités maliennes au sujet de leurs promesses, inscrites dans le cadre de l'Accord d'Alger. D'autre part, il faut dire également que le retour de plusieurs centaines de Touareg de la Libye, après le chute du régime de Mouâmar El Gueddafi a accéléré le réveil de l'insurrection des Touareg. Ceux qui sont revenus de Libye, ne sont pas des civils, sont des militaires, prêts à faire feu. Et quand ils sont arrivés chez eux, au nord du Mali, où leurs familles et tribus souffrent le martyre du fait des conditions socio-économiques et de l'abandon manifeste affiché par Bamako à leur égard, tout cela a conduit à l'union des factions rebelles targuies contre les autorités maliennes.

Pensez-vous que les autorités maliennes seront en mesure d'étouffer cette insurrection?
Non. Je ne pense pas. Bien au contraire, la rébellion qui a éclaté au nord du Mali risque cette fois-ci de s'inscrire dans la durée et porter préjudice à la sécurité des pays voisins. Pire encore, le problème des Touareg au Mali ne date pas d'hier. C'est un problème posé juste après l'indépendance du Mali. Néanmoins, il a été souvent apaisé et atténué par les grands efforts consentis par l'Algérie. Un pays qui a, il est utile de le noter, servi de médiateur entre les Touareg et le pouvoir malien. Le refus du Mali de tenir ses engagements à l'égard des populations du Nord, comme le stipule l'Accord d'Alger est une preuve. Par ailleurs, il convient de souligner que les Touareg réclament aujourd'hui l'indépendance. Cela conduira dans le futur à une crise sous-régionale.

Comment expliquez-vous l'union des différentes factions touarègues ayant donné naissance au Mouvement national de libération de l'Azawad (Mnla)?
Les Touareg sont organisés en plusieurs entités politiques que l'administration coloniale française baptisa «confédérations», c'est-à-dire tribune. L'enracinement tribal et régional constitue l'élément prépondérant de chaque mouvement. De ce fait, la scène insurrectionnelle touarègue n'a pas cessé de s'émietter à la suite de querelles fratricides, ayant donné naissance à 4 mouvements défendant la cause touarègue au Mali (regroupés à l'origine en 1992 au sein du Mouvement et Front unifiés de l'Azawad (Mmfua). Néanmoins, cette union renaît, aujourd'hui, de ses cendres. Il ne s'agit pas d'un mouvement rebelle mené par un groupe isolé, manquant d'organisation.
C'est un soulèvement insurrectionnel dirigé par le Mouvement national de libération de l'Azawad (Mnla). C'est une formation politico-militaire née fin 2011 de la fusion de plusieurs factions de combattants touareg dont le Mouvement touareg du Nord-Mali (Mtnm) et le Mouvement national de l'Azawad (MNA), dont la majorité des combattants ont fait la Libye. A ces factions s'ajoutent également des rebelles touareg, natifs du Niger et de la Libye.


L'expressiondz
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger