MNLA: Soucis supplémentaires pour le Mali

Entre l’armée malienne et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), c’est désormais une guerre classique. Les violents accrochages de mercredi et de jeudi dernier, près de la localité de Tessalit, en plein désert au Nord-Est du Mali, l’ont été dans un champ de bataille, avec une démonstration de force de part et d’autre, suivie d’une guerre de communiqués. Rien à voir avec la guérilla des années passées par laquelle la « rébellion touarègue» affichait son hostilité au pouvoir de Bamako.

Mercredi donc, l’armée malienne a dû aligner des colonnes de blindés, des voitures tout-terrain, avec un effectif de plus de trois cents hommes, face à des unités, sans complexe, de rebelles dotés de matériels de guerre tout aussi sophistiqués. Des armes vraisemblablement venues de Libye où la guerre de l’année dernière a ouvert un boulevard pour l’approvisionnement des bandes armées écumant le Sahel. Voilà qui donne du tonus au Mnla. En plus d’une collision récente qu’elle revendique avec des islamistes « modérés » du groupe terroriste Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).
Aujourd’hui, fort de sa nouvelle posture, le MNLA, qui jusqu’alors, se cantonnait à des revendications nées des frustrations ayant conduit au premier soulèvement, en 1964, de Touaregs du Mali, n’exige pas moins qu’une partition du pays et l’indépendance de l'Azawad. On peut se rendre compte, au regard de telles prétentions, que l’indépendance, le 1er juillet 2011, du Sud-Soudan, en remettant en question le sacro-saint principe en Afrique de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation, a fait germer des velléités d’indépendance au sein de certaines rébellions.
Il y a lieu, toutefois, de prendre en compte, dans la crise qui secoue le Mali, des éléments singuliers n’autorisant pas des rapprochements cohérents avec le cas du Soudan. Notamment en ce que le combat du MNLA, que l’on désigne à tort « rébellion touarègue », ne rencontre ni l’adhésion de l’ensemble de la communauté touarègue du Mali, encore moins celle des autres peuples qui partagent le territoire composé des régions de Tombouctou, Kidal et Gao que les rebelles désignent par l'Azawad.
Dans cette situation, il sera difficile au plan diplomatique au MNLA de rallier de nombreux partisans à sa cause. Reste intacte de sa part, une grande capacité de nuisance qui pourrait durablement déstabiliser le Mali. Voire l’ensemble du Sahel où les armes venues Libye ont redynamisé plus d’un réseau terroriste. Des soucis supplémentaires pour une région où déjà des sécheresses récurrentes, l’avancée du désert, les invasions de criquets, installent la famine et suscitent des migrations

cameroon-tribune
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger