Guerre au Mali: ouverture du sommet de la Cédéao et impatience du Tchad

 RFI

Une ligne formée par plusieurs centaines d'éléments de l'armée tchadienne à Kidal, le 7 février 2013.
Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) se réunissent pendant deux jours à compter de ce mercredi 27 février, à Yamassoukro, en Côte d’Ivoire pour accélérer le déploiement de la force africaine au Mali (Misma) censée remplacer les forces françaises. La Cédéao se heurte cependant à des problèmes financiers et, pour l’instant, ce sont surtout des soldats tchadiens – qui ne font pas partie de la Misma – qui sont en première ligne, aux côtés des Français.
La Cédéao a besoin d’argent, et vite ! Alassane Ouattara – président en exercice de la Cédéao et chef d’Etat ivoirien – a demandé aux donateurs qui ont promis 455 millions de dollars, fin janvier, de concrétiser leurs promesses.
Une ligne formée par plusieurs centaines d’éléments de l’armée tchadienne à Kidal, le 7 février 2013.
REUTERS/Cheick Diouara
Il a également confirmé que la Misma devait compter, à terme, « 8 000 hommes » affirmant que « 73% de ces effectifs étaient déjà présents au Mali », bien que l’essentiel de ces troupes ne soit pas engagé dans les combats. Alassane Ouattara a reconnu que la Misma rencontrait des difficultés, et c’est bien pour cela qu’il a appelé à la mobilisation des fonds.


Alassane Ouattara
Président en exercice de la Cédéao et chef d’Etat ivoirien.
La concrétisation de ces promesses de fonds constitue une priorité.
27/02/2013 par Maureen Grisot
La somme promise par la communauté internationale, destinée à la Misma mais aussi à l’armée malienne et à l’aide humanitaire, a été revue à la hausse, à Abidjan, lors de la réunion ministérielle de l’organisation, en début de semaine. Les besoins globaux ont été estimés à 950 millions de dollars – plus du double – car la Cédéao envisage de déployer 2 000 hommes, en plus des 6 000 soldats promis.
L’impatience du Tchad
Lors de l’ouverture du sommet, le président tchadien Idriss Déby a vivement souhaité le déploiement de la Misma, au complet, dans le nord du Mali, pour combattre les groupes jihadistes avec les soldats français et tchadiens. « L’heure n’est plus aux discours (…) mais plutôt à l’action », a-t-il déclaré avant d’ajouter que « l’ennemi n’attend pas ».
Le chef de l’Etat tchadien a par ailleurs précisé que son pays a déjà envoyé « plus de 2 000 hommes » au Mali – le plus fort contingent africain – parmi lesquels 1 800 sont en première ligne, aux côtés des soldats français qui combattent dans le massif des Ifoghas. Idriss Déby a rappelé que dans cette région de l’extrême nord-est du pays, près de la frontière algérienne, 25 de ses soldats sont morts vendredi 22 février lors de combats qui ont fait 116 morts. Il a parlé d’une guerre pernicieuse et a appelé l’état-major de la Cédéao à agir avec « plus de célérité en accélérant l’envoi des troupes dans la zone libérée ».

Idriss Deby
Président tchadien
Nous vous attendons dans le nord, à la lisière de la frontière de l’Algérie.
27/02/2013 par Maureen Grisot
L’impossible sécurisation de Kidal
Les armées africaines sont censées prendre, à terme, le relais de la France mais pour de nombreux observateurs, les troupes maliennes et la Misma ne sont pas, pour le moment, en mesure de contrôler à elles seules l’immense moitié nord du Mali que les islamistes avaient prise, il y a un an.
Et cela, d’autant plus que le conflit est en train de changer de nature avec des accrochages violents et une série d’attentats-suicides dont le dernier, à Kidal, dans le Nord, qui date de mardi 26 février. Une attaque-suicide a provoqué la mort de six combattants du Mouvement islamique de l’Azawad (MIA) se présentant comme un groupe islamiste modéré. Se trouve également à Kidal, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Ces deux mouvements affirment, chacun de leur côté, avoir été visé par l’attaque qui n’a pas été revendiquée.
Malgré la présence des Français et des hommes du MNLA, la sécurisation de Kidal est pour le moment impossible.
Pour certains, cette attaque visait directement le MIA. « On pense que c’est une vengeance. Depuis qu’ils ont quitté Iyad Ag Ghali et Ansar Dine, les membres du MIA ont peur », affirmait ce mercredi 27 février à RFI un notable.
« Deux attentats en une semaine, c’est effrayant », témoignait de son côté un jeune berger, avant d’ajouter : « Nous sommes prêts à aider, à dénoncer des suspects, à signaler tout mouvement anormal ».
Les Français ont amélioré la sécurité de l’aéroport de Kidal en construisant une bute en terre, mais « la ville reste un gruyère. Il y a moins de check-points que du temps de l’armée malienne ; on manque de moyens de contrôle, notamment de détecteurs d’explosifs », estimait pour sa part un doyen dépité.
Depuis l’arrivée des soldats français, le MNLA et le MIA affirment gérer Kidal. Pourtant, cet attentat montre qu’ils sont, pour le moment, incapables de protéger leur ville des attaques jihadistes.

L’armée malienne punira les coupables d’exactions
L’armée malienne entend punir les militaires qui seraient accusés d’exactions contre des civils dans le nord du pays. C’est en tout cas ce qui ressort de la décision de l’état-major général des armées du Mali qui a fait revenir à Bamako cinq soldats, deux sous officiers et trois caporaux de Tombouctou où ils sont soupçonnés de « sévices barbares » sur des commerçants arabes.
Cinq militaires en poste à Tombouctou ont été interpellés ces derniers jours par la gendarmerie de prévôté. L’état-major général a ordonné leur renvoi à Bamako pour être entendus. Ils sont soupçonnés d’être liés à la disparition de cinq commerçants arabes de Tombouctou. « Ces militaires auraient commis des actes barbares sur des citoyens, des commerçants arabes dont on n’a pas de nouvelles, affirme le capitaine Modibo Naman Traoré, officier des affaires publiques de défense et de sécurité des armées du Mali. C’est sur cette base qu’ils ont été interpellés par la gendarmerie ».
Ces cinq militaires encourent la radiation de l’armée et surtout un renvoi devant la justice malienne en cas d’actes criminels. L’armée malienne est bien décidée à être très ferme pour changer la réputation de ses troupes et éviter le pire. « C’est notre volonté, poursuit le capitaine Traoré. Nos soldats ont été sensibilisés et formés au droit des conflits armés et au droit humanitaire. L’état-major général a édicté des directives strictes et ordre est donné à nos troupes de ne pas faire acte de représailles. Il ne faut pas répondre à l’injustice par l’injustice ».
Les autorités maliennes ont également lancé des appels à la vigilance et au calme auprès des populations civiles pour éviter les règlements de compte entre communautés.
http://www.rfi.fr/afrique/20130227-guerre-mali-ouverture-sommet-cedeao-impatience-tchad 
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger