Libye : Qui a intérêt à voir Seif al-Islam à la CPI ?

Depuis la mort de son père, le 20 octobre dernier, Seif al-Islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi, demeure introuvable. Même sa localisation demeure l’objet de supputations qui le situent à des endroits différents. Tandis que certaines sources non officielles l’annoncent au Niger sous la protection des Touaregs, d’autres l’indiquent toujours en Libye où il serait sous protection de mercenaires sud-africains.

Les seuls signes de vie que donne jusque-là le fils en fuite du feu guide libyen sont des déclarations par personnes interposées. Selon Luis Moreno Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale (CPI), ces intermédiaires avec qui il aurait eu des contacts informels auraient traduit l’intention de Kadhafi fils de se rendre à l’institution judiciaire internationale. Admettons que ces tractations aient eu vraiment lieu et que celui contre qui la CPI a émis, il y a quatre mois, un mandat d’arrêt international soit effectivement prêt à se rendre. Quelles peuvent bien être les motivations d’une telle décision et quelles conséquences en découleront au cas où elle venait à être exécutée ?
Réputé pour être le plus intransigeant des rejetons du regretté père de la Jamahiriya, Seif al-Islam aurait sans doute voulu par cette pénible option, choisir le moindre entre deux maux. Acculé par les combattants du Conseil national de transition (CNT), il aura probablement préféré l’enclume de la CPI au marteau de ceux qui sont capables de lui faire subir le même sort que son père. Reste à savoir s’il ira jusqu’au bout de sa décision en se mettant le plus tôt possible à la disposition de la Cour avant de tomber entre les mains de ses ennemis.
Si tant est que Seif compte réellement sauver sa tête, il doit se hâter d’aller répondre des faits à lui reprochés avant d’être gagné par une indécision suicidaire comme celle de l’âne de Buridan. Il exaucerait ainsi le dernier vœu le plus cher au CNT et aux Occidentaux qui, à y voir de très près, n’ont pas intérêt à voir un dignitaire du régime de Kadhafi devant une Cour internationale. Car, l’une des conséquences redoutables d’un procès des pro-Kadhafi hors de la Libye demeure les éventuels déballages fracassants qui peuvent mettre très mal à l’aise les tombeurs du colonel Kadhafi.
Et Seif al-Islam en sait tellement sur tout ce qui a pu être entrepris officiellement ou officieusement en Libye pour ne pas inquiéter. Les nouveaux dirigeants libyens sont comptables de la gestion de l’ancien régime au sein duquel ils assuraient des fonctions importantes. A défaut de les conduire devant la CPI, la découverte de charniers qui engageraient leur responsabilité peut ternir leur image et susciter la révolte contre eux des victimes ou leurs ayants droit qui voyaient en eux des révolutionnaires des temps modernes.
Les vagues de certaines révélations peuvent également éclabousser des dirigeants occidentaux, notamment le président français Nicolas Sarkozy, dont les relations avec la Libye sous l’ère Kadhafi ont été ponctuées d’affaires aussi floues que nombreuses. Même si la résolution onusienne constitue un bouclier protecteur pour les meneurs de l’opération militaire qui a eu récemment lieu en Libye, il n’en demeure pas moins vrai qu’ils n’ont pas intérêt à ce qu’on y décèle quelque imperfection.
L’actuel chef de l’Etat français, qui tente, non sans peine, de reconquérir la sympathie de ceux d’entre ses compatriotes encore dubitatifs, joue gros dans cette affaire dont une gestion à la légère peut lui coûter son fauteuil. Si les histoires aux allures anecdotiques de financement de la précédente campagne de l’UMP par l’ex-dictateur libyen et de vente d’armes par l’Hexagone à ce dernier venaient à être confirmées par le fils, il ne fait aucun doute que le sommeil du locataire du palais de l’Elysée en sera troublé.
Un jugement de Seif al-Islam qui échapperait au contrôle des vainqueurs de la guerre libyenne se présente donc comme un risque réel pour ceux-ci, quoique relatif. Cette évidence apporte du reste du crédit à la thèse qui sous-tend que ni le CNT ni les Occidentaux n’ont intérêt à ce que ce candidat à la CPI soit vivant. Si l’on s’inscrit dans cette même logique de raisonnement, l’on peut émettre l’hypothèse, que ces mêmes raisons ont pu conduire au probable assassinat du guide libyen. Les mêmes causes ont pourtant l’habitude, dans des conditions bien précises, de produire les mêmes effets. Un assassinat de cet important rescapé du régime Kadhafi ne rendra pas service à l’humanité, car il permettra à des criminels de conserver leur voile et à leurs crimes de passer sous silence à jamais.

Source : "Le Pays"
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger