GUERRE AU MALI. Du riffifi dans les relations franco-tchadiennes: le Tchad répond au mépris de la France.


Hassan Sylla Bakari
Hassan Sylla Bakari

Alors que la France ne cesse de mettre en cause les déclarations tchadiennes sur la mort des djihadistes Abou Zeid et Mokhtar Belmokhtar, on se demande bien à quoi joue Paris. Sans se nommer, les deux pays se livrent une guerre des communiqués. Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, a franchi la ligne jaune, montrant le mépris qu’ont les Français face aux Africains. Dans une interview, hier, il a déclaré: « Une rumeur répétée à l’envi ne fait pas une information, et le ministre de la Défense ne doit pas parler au conditionnel. J’en appelle à la prudence et à l’esprit de responsabilité à l’égard d’indications que nous ne sommes pas en mesure de confirmer matériellement à ce stade ».

Mahamat Deby Itno
Général Mahamat Deby Itno
Bref, le ministre français demande à un président, simplement parce qu’il est africain, de se taire. Sans apporter un quelconque soutien à Idriss Deby Itno, il faut avouer que cette attitude doit faire réfléchir ceux qui, à tort ou à raison, s’associent avec ces gens-là, qui les méprisent. Comment comprendre une telle attitude ? Croire qu’on a toujours raison est déraison. Paris n’hésite plus à dire que le régime tchadien n’étant pas démocratique, le président Idriss Déby Itno veut redorer son blason. Néanmoins, ce dernier a envoyé sur place son propre fils, le général Mahamat Deby Itno, 29 ans tout de même-un vrai paradoxe-, dirige les opérations au Mali. Bon, « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », diront les partisans du président tchadien…
Le Ministre tchadien de l’Information et de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Hassan Sylla Bakari a réaffirmé hier, dimanche, que son pays le Tchad avait perdu plus de 20 hommes, et que le Tchad n’était pas un faire-valoir:
« Nous ne parlons pas dans le vide. Nous allons présenter prochainement des prisonniers, des lieutenants qui étaient avec eux (chefs islamistes), des armes. ».
« Nous parlons car nous sommes présents militairement au Mali. Nous avons perdu beaucoup de Tchadiens. Nos hommes sont courageux, ils se battent au corps à corps ».
En réalité, ce qui se passe sur le terrain et que personne ne révèle, c’est que la France, qui a toujours voulu le beau rôle, a envoyé l’armée malienne où elle pensait qu’il ne pouvait y avoir les chefs terroristes. Mal lui en a pris, le Tchad est victorieux dans cette  zone très escarpée du massif montagneux et aride de l’Adrar des Ifoghas dans la zone de Kidal, étendu sur près de 250 000 km2.
Donc, les deux armées ne peuvent se voir mais communiquent néanmoins. L’armée tchadienne ne reçoit aucune instruction de l’armée française et vice-versa. Comme nous l’annoncions dès la probable mort d’Abou Zeid, ce que confirment par ailleurs et en privé des officiers supérieurs français, préférant rester anonymes, L’Elysée est courroucée et le président tchadien Idriss Deby Itno ne parle plus, préférant désormais envoyer ses proches au front médiatique…
Share this article :
 
Support : Creating Website | Johny Template | Mas Template
Copyright © 2011. Issalane - All Rights Reserved
Template Created by Creating Website Inspired by Sportapolis Shape5.com
Proudly powered by Blogger